Nos dossiers:

Imprimer

Toute la famille - la jument - la poulinière


Les chaleurs
Dès le printemps, la jument a, en principe, ses chaleurs tous les 21 jours. Quand le cycle recommence après l’hiver, il peut être irrégulier au début. Souvent les premières chaleurs ne sont pas les plus fertiles, mais bien les plus perturbantes.
La durée et l’intensité des chaleurs peuvent varier selon la jument. Certaines sont peu de temps en chaleur et le montrent à peine, d’autres, par contre, présentent des chaleurs si marquées qu’elles deviennent ennuyeuses et difficiles à monter (juments pisseuses). Si votre jument présente ce problème, vous pouvez lui donner Equi’mélange Spécial-juments à partir de février/mars.
Les juments ont facilement une carence en magnésium. L’administration de %Magic*****% et Equi’mélange Spécial-juments en même temps peut donner d’excellents résultats sur ces sautes d’humeur.
Si votre jument a des sautes d’humeur, des souffrances physiques et/ou des cycles irréguliers, optez plutôt pour Oestress***** poudre ou Oestress***** liquide. Des variations de circonstances biologiques et naturelles ne sont pas les seules causes de troubles chez la jument, il en existe beaucoup d’autres. Une analyse bactériologique peut parfois donner la solution mais l’équilibre hormonal peut aussi être perturbé. Dans les deux cas, il faut absolument consulter un vétérinaire. Les problèmes de chaleurs peuvent aussi être provoqués par une mauvaise condition physique. Dans certains cas, on observera des irrégularités dans l’apparition ou le déroulement des chaleurs chez des juments qui sont trop à l’écurie, qui sont seules ou qui présentent des carences alimentaires, bref, qui ‘se sentent mal dans leur peau’. Sortez la souvent au pré, de préférence accompagnée.
Nourrissez bien votre jument, sans excès. La condition corporelle (trop maigre, trop gras) a beaucoup d’influence sur la fertilité. Surtout ne la faites pas maigrir au moment des saillies.

La gestation
Pendant les huit premiers mois de gestation une jument peut être nourrie comme un cheval qui fournit un travail léger, sans excès, elle doit être en condition normale et ne doit pas grossir pendant les trois premiers mois de la gestation. Beaucoup de propriétaires ont tendance à suralimenter leurs poulinières: les côtes ne doivent pas être visibles, mais par contre, elles doivent rester palpables.
C’est pendant les trois derniers mois de la gestation que le poulain grandit le plus. Durant cette période il faut donner à la jument un apport supplémentaire en calcium, phosphore, vitamines (A et D3, E), minéraux (calcium, phosphore, cuivre, zinc, manganèse) et protéines de qualité supérieure. Dans la mesure où le volume occupé par le poulain augmente, on multipliera le nombre de repas en réduisant leur volume et l’on réduira la part des aliments grossiers (foin). La jument devra recevoir alors une alimentation comportant environ 16% de protéines..
Le dernier mois, un drainage du foie et des reins, Equi’drink Drainage, associé à une cure de Biotics pour équilibrer la flore intestinale ne peut être que bénéfique.
Biotics a visiblement une influence positive sur l'accouchement et sur la qualité du lait, vous pouvez même l'administrer le dernier mois avant l'accouchement et les deux premiers mois de la lactation.

De préférence, évitez de déplacer la jument au cours du dernier mois de sa gestation. Elle fera des anticorps contre des germes de maladie présents dans son environnement, dont le nouveau-né profitera tout de suite dès sa naissance, grâce au lait de sa mère.

Petit tuyau: quand la jument accouchera au box, placez alors des bottes de paille le long des murs; si elle se couche maladroitement, elle ne peut pas écraser son poulain contre le mur et vous pouvez, si nécessaire, ainsi créer de la place pour vous-même.

La lactation
Après l’accouchement, les besoins en apports supplémentaires sont encore augmentés du fait de la production de lait qui demande beaucoup d’énergie et de protéines. Après la naissance de son poulain, la jument donne, en moyenne les trois premiers mois, de 10 à 18 litres de lait par jour, en fonction de sa race et de son gabarit. Ensuite la production de lait diminue. L’augmentation de la ration sera progressive jusqu’à atteindre une alimentation ad libitum, en utilisant de préférence un régime équilibré adapté à la jument allaitante. Il est conseillé de bien observer la condition physique car, dans cette période, la jument ne doit ni grossir ni maigrir.

Voir tous les produits associés au dossier
Nous contacter | Catalogue | Nouvelles
equinatura.com ©2006 Joke Elfring