Nos dossiers:

Imprimer

Les chevaux nerveux - en général



contact social, liberté, l'air frais, dépenser son énergie en jouant,

...... l'idéal ......

ils en ont tous besoin !









Le cheval n’est jamais parvenu à s’adapter pleinement aux temps modernes, c’est-à-dire à une vie d’entraînements, de courses, de performances, de voyages et de confinement. Cela demande chaque jour au cheval une énorme capacité d'adaptation. Tous les chevaux ne peuvent pas se plier facilement à ces conditions de vie et développent souvent des stéréotypies (des tics).
Chez des chevaux “près du sang” et fougueux, ces circonstances conduisent à de l’anxiété, de la nervosité, de l’inquiétude, de l’excitation et des réactions incontrôlables. Un cheval doit travailler de façon sereine et concentrée, mais beaucoup de chevaux sont continuellement sous pression à cause des voyages, des modifications fréquentes de leur environnement et des épreuves qui se déroulent à des heures diverses.

Pourquoi ?
Si un cheval est nerveux et remuant, il faut distinguer le cas d’un animal dont c’est le comportement permanent de celui qui ne présentera ces signes uniquement que lors des voyages ou des concours. S’il s’agit d’un comportement permanent, il est utile de se poser quelques questions:
* Le cheval est-il apte, physiquement et psychiquement au travail demandé?
* N’existe-t-il pas une cause médicale?
* La nourriture est-elle équilibrée?
* Quelle est sa place dans l’écurie, s’entend-il avec son voisin? (Ne jamais placer un cheval câlin au fond de l’écurie, ne jamais placer un cheval dominant à côté d’un cheval soumis, ce n’est pas une vie pour ce dernier).
* Est-ce que vous vous entendez vraiment avec votre cheval: l’entente est essentielle pour obtenir toute prestation correcte.
* La vie en box est contre nature pour le cheval, certaines écuries sont trop bruyantes, exercent trop de stimuli, certains chevaux supportent cela mieux que d’autres.
* Au niveau de la nourriture: à un cheval nerveux, fournir du foin ad libitum, moins d’amidon et de protéines et un peu plus de lipides.
* Une activité accrue, de préférence répartie sur plusieurs moments de la journée, associée à des sorties au pré peut déjà conduire à une nette amélioration.

N’oubliez pas que...
*les chevaux sont des êtres très sensibles, ils captent toutes les haines et jalousies entre cavaliers/propriétaires et ont horreur des moniteurs et du personnel qui crient;
*le cavalier doit être exempt de stress et sûr de lui, le cheval ressent tout et cela a beaucoup d’influence sur son comportement, par exemple nervosité sur un concours, à l’extérieur le cheval a peur d’une moto qui passe, parce que c’est le cavalier qui a peur etc.;
*la plupart des poulains sont sevrés trop tôt et commencent à travailler trop précocement;
*la plupart des chevaux veulent bien travailler et nous faire plaisir, mais soit ils ne nous comprennent pas soit on leur demande des choses qui leur font mal;
*le stress chez le cheval conduit constamment à une chaîne de réactions physiques (voir également le dossier Stress, maladies et ses conséquences);
*le bon cavalier/propriétaire est celui qui essaie en permanence de comprendre ce que son cheval lui raconte et est capable de respecter l’être sensible qu’il est.

Que faire ?
Il est important de familiariser votre cheval, dès le jeune âge, avec les différentes circonstances qu’il sera amené à rencontrer plus tard. C’est facile avec certains, moins avec d’autres.
On pourra aider les chevaux qui s’adaptent moins bien grâce à des plantes: Equi’mélange Calmant et des substances nutritives qui possèdent des propriétés relaxantes et apaisantes: Magic***** poudre ou Magic***** liquide.
Le processus d’apprentissage et de prise de confiance en son maître sera facilité.
Ces produits ne modifient pas les performances, c’est à dire pas d’effets négatifs sur le fonctionnement musculaire, les capacités physiques du cheval, sa conscience et ses réflexes. Par contre, le fait que le cheval soit calmé permettra d’obtenir plus rapidement ce que vous lui demanderez.
Le choix correct du produit et de la posologie adaptés n’est pas toujours aisé. Les causes sont multiples et les effets des plantes, qui influencent la conduite du cheval, sont variés.

Chez les chevaux dont la nervosité et l’excitation sont associées à des raideurs musculaires, un manque d’appétit et des transpirations, on peut envisager un manque de magnésium.
Un cheval peut mieux réagir à un produit plutôt qu’à un autre. Il faut de 4 à 10 jours pour constater l’effet d’un mélange de plantes séchées. Il faut toujours faire des essais.
Si votre cheval ne réagit absolument pas dans un délai de 2 semaines à un produit donné, on conseille d’essayer un produit d’une composition différente.
Un cheval (de sport/compétition) peut également être excité, agité à cause d'un système digestif perturbé par les effets néfastes d'une nourriture concentrée, stress des voyages, l'entraînement etc. Dans ce cas vous pouvez donner un "traitement de fond" avec Equi’drink Drainage et Biotics et régulièrement des cures d'Equi’drink Immunotonic.


Voir tous les produits associés au dossier
Nous contacter | Catalogue | Nouvelles
equinatura.com ©2006 Joke Elfring