Nos dossiers:

Imprimer

Bonne santé ! - en général


Pour pouvoir se rendre compte qu’un cheval ne va pas bien, il convient de savoir comment se comporte un cheval sain et en forme.

Un cheval en bonne santé doit être gai, alerte et attentif à ce qui l’entoure. Les mouvements d’oreilles doivent être vifs, les yeux clairs, les conjonctives humides et roses, comme d’ailleurs toutes les muqueuses visibles. La peau doit être souple, le poil brillant, les muscles bien visibles et les tendons sans engorgement.
La respiration d’un cheval en bonne santé est dite: costo-abdominale: poitrine et ventre bougent de façon identique. En cas de douleur abdominale la respiration devient costale, en cas de douleur de la poitrine et de trouble pulmonaire on constatera une respiration abdominale.
Observez les réactions de votre cheval: s’il est souvent couché ou au contraire jamais, notez comment il se lève et comment il se déplace. Remarquez s’il répartit également son poids sur ses quatre membres ou préférentiellement sur un pied ou encore s’il porte son poids d’un pied sur l’autre. Ceci pouvant n’être pas seulement signe de problèmes locomoteurs mais également de douleurs abdominales.
Un autre point très important pour juger de l’état de santé de votre cheval: son attitude face à la nourriture et l’eau. Pour pouvoir bien manger, il faut de bonnes dents; c’est pourquoi il est important de faire contrôler au moins une fois par an la denture de votre cheval par un dentiste vétérinaire.
Quand vous placez votre oreille contre le ventre de votre cheval, vous devez entendre clairement des borborygmes. Toute augmentation de vitesse et d’intensité des borborygmes ou, au contraire, une diminution des bruits peut révéler un trouble ( colique, tympanisme ...). Au moindre doute, ne faites rien vous-même mais consultez toujours le vétérinaire.
Selon la quantité d’eau que le cheval absorbe, la couleur de l’urine peut varier du jaune clair au jaune foncé et peut être trouble ou limpide.
Les crottins peuvent varier du vert clair mi-solide, si la nourriture est constituée d’herbe printanière fraîche, aux petits crottins durs. Vous devez immédiatement consulter le vétérinaire quand vous constatez de la diarrhée ou des excréments mous et d’odeur nauséabonde car ceci n’est pas normal.
Pour le reste, il faut bien connaître les habitudes quotidiennes de votre cheval: sommeil, nourriture, défécations, mouvements etc. pour pouvoir noter les changements et ensuite prendre les mesures qui s’imposent.

Cheval: température 37,2° - 38°, rythme cardiaque 28 - 40/min., respiration 10 - 14/min.
Poulain: température 37,5 - 38,6°, rythme cardiaque 55 - 75/min., respiration 15 - 30/min.

Ces constantes sont des moyennes, des petites différences sont possibles, par exemple sous l'influence de la fièvre, des douleurs etc.

Compléments
Le cheval ne vit plus aujourd’hui dans les mêmes conditions naturelles qu’autrefois.
A l’époque, le cheval (herbivore par excellence) pouvait lui même trouver dans la nature ce dont il avait besoin. C’est pourquoi il est très important de compléter sa ration quotidienne avec des végétaux et autres éléments indispensables qu’il ne peut plus trouver dans la nature.
Les chevaux qui sont souvent à l’écurie, qui sont entraînés régulièrement et qui doivent beaucoup voyager sont continuellement stressés.
Ces chevaux-là ont davantage besoin d’une supplémentation. Même les chevaux qui sont beaucoup dehors et qui peuvent pâturer n’absorbent pas (et de loin) toutes les substances nécessaires.
La qualité des herbages peut varier énormément d’un endroit à l’autre tandis que la diversité des herbages est souvent limitée.
Pour savoir exactement quelles substances manquent à votre cheval et le supplément dont il a besoin, il est conseillé de faire contrôler la qualité de la terre. Une carence infime en un élément peut conduire à des troubles, par ex. baisse d’appétit, perte du goût au travail, le cheval devient capricieux, ses crins sont ternes, ses sabots de mauvaise qualité…
Les produits miracles n’existent pas et aucune thérapie ne pourra pallier une malnutrition, un surentraînement, des soins insuffisants, un comportement inapproprié, de même un problème de santé ne pourra jamais être résolu de façon optimale si la seule réponse apportée est médicamenteuse. Avant tout observez bien votre cheval, soyez à son écoute.

Heureusement, de nos jours, on peut éviter beaucoup de problèmes, garder le cheval en bonne forme et lui assurer une bonne résistance physique.
Il existe un éventail très large de suppléments généraux et spécifiques. Il n’est pas toujours facile de déterminer ce qui est le plus approprié pour votre cheval.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas à téléphoner pour des conseils.

Voir tous les produits associés au dossier
Nous contacter | Catalogue | Nouvelles
equinatura.com ©2006 Joke Elfring